A la croisée des deux grandes catégories de la Déportation

Le convoi d’otages parti de Compiègne vers Auschwitz le 6 juillet 1942 occupe une place particulière dans les déportations de France (cliquer sur le texte souligné). Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le "judéo-bolchevisme" et dispositif de "la politique des otages" destinée à dissuader les résistants communistes de poursuivre leurs attaques contre des officiers et des troupes de l'armée d'occupation, il s’apparente par ses origines aux fusillades massives d'otages communistes et juifs de septembre 1941 à juillet 1943 et aux premiers convois de Juifs de France dirigés sur Auschwitz-Birkenau entre mars et juin 1942.

Sur les 1170 hommes (plus de 1100 "otages communistes" et 50 "otages juifs") qui furent immatriculés le 8 juillet 1942 à Auschwitz entre les numéros 45157 et 46326 - d'où leur nom de "45000" - seuls 119 restaient en vie au jour de la victoire sur le nazisme.

L’histoire de ce convoi atypique - dont les premières recherches furent entreprises en 1971 par Roger Arnould (résistant déporté à Buchenwald et auteur de plusieurs ouvrages édités par la FNDIRP) - a fait l'objet d'une thèse de doctorat d’Histoire soutenue par Claudine Cardon-Hamet en 1995 et de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) qui publie le contenu de sa thèse avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) - et le livre grand public Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l'Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

De politische Abteilung (la section politique du camp)


Les frères Beckman, Hans et Rob, jeunes résistants hollandais, ont été arrêtés le 6 novembre 1941 dans le Doubs, à la frontière franco-suisse, au cours de leur cinquième tentative pour rejoindre l’Angleterre. Internés au camp de Compiègne, puis déportés à Auschwitz le 6 juillet 1942, ils ont, pendant les premiers mois de leur déportation, été affectés à la « section politique » du camp comme interprètes, car ils  parlaient allemand et français. Les lignes qui suivent concernent leur arrivée à Auschwitz, retracées au « chapitre IV - Auschwitz 1942 » d’un un récit dactylographié de 107 pages en néerlandais par Hans Beckman (« Odyssée 1940-1945). BECKMAN Johan, Frederik (Hans). Les pages ont été traduites du néerlandais en français avec le traducteur informatique « Deepl ».

Claudine Cardon-Hamet et Pierre Cardon
En cas d’utilisation ou publication de cet article, prière de citer : 
« article publié dans le blog  « Déportés politiques à Auschwitz : le convoi dit des 45.000 » https://politique-auschwitz.blogspot.com/
Adresse électronique :  deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

De politische Abteilung (la section politique). Premières leçons de survie

« Immédiatement après avoir passé le kiosque de la musique, nous avons tourné à droite et avons marché le long d'une large route du camp, un long d'un bâtiment bas qui s'est avéré être la cuisine, jusqu'à un bâtiment de deux étages ; un des nombreux du camp. Ici, on nous a conduits entre deux bâtiments et on nous a ordonné de nous aligner en rangées de dix. Une fois de plus, il s'est avéré que c'était la coutume de faciliter ainsi le comptage pour les SS - qui ne sont pas les plus intelligents -. Malheureusement, les Français n'ont pas compris immédiatement tous les ordres qui ont été donnés en allemand. En conséquence, ces ordres ont été « clarifiés » à coups de pied et de poing. En les traduisant en français, j'ai réussi à garder un peu de calme dans notre environnement. On nous a alors ordonné de nous déshabiller complètement. Nos vêtements ont été mis dans de grands sacs en papier et on nous a dit que nous les récupérerions à notre libération, ce que je n'ai tout de suite pas cru, vu l'accueil agréable !
Comme je l'ai dit, c'était l'été et il faisait très chaud, donc ce n'était pas mal que nous soyons nus comme ça pendant longtemps. Nous avons dû croiser un petit nombre de coiffeurs - lisez : des prisonniers armés de tondeuses - qui semblaient faire un concours à qui pouvait raser le plus de victimes avec leurs tondeuses émoussées. Il fallait non seulement raser les cheveux de la tête, mais aussi tous les autres poils. Le résultat de ce traitement a été que plus de cheveux et poils ont été arrachés que coupés. Du moins, c'est ce que l'on ressentait. Malgré la concurrence entre ces coiffeurs amateurs, il a fallu encore beaucoup de temps avant que nous franchissions tous cet obstacle. Toute cette opération a été accompagnée du début à la fin par des coups de poing, des coups de pied et des cris. Nous avons remarqué que non seulement les SS, mais aussi certains prisonniers étaient parmi les agresseurs. Ces derniers se distinguent des autres prisonniers par la netteté de leurs uniformes. Bien qu'il s'agisse de l'uniforme rayé porté par tous, il était propre, repassé et apparemment fait sur mesure. De plus, ils portaient souvent un bandeau avec le mot KAPO sur le haut d'une des manches. Un autre signe de leur dignité était un béret noir uni, au lieu d'un béret rayé.
Après le coiffeur, nous avons été conduits dans le "block" le plus proche (c'est ainsi qu'on appelait les bâtiments du camp) et avons dû y prendre une douche. Bien qu'ils y en ait beaucoup (dans une grande salle), nous étions avec deux à quatre hommes dans une douche. Lorsque nous nous sommes éloignés de la douche, un peu mouillés et frissonnants (ayant plus peur de l'inconnu que du froid), nous avons soudain été basculés à l'envers dans un récipient contenant du liquide désinfectant. Surtout aux endroits rasés, qui nous ont terriblement brûlés. Encore à moitié mouillés, transpirant maintenant aussi, nous avons été jetés sur de grandes piles de vêtements de camp. De là, nous devions prendre chacun une paire de sous-vêtements de couleur bleu foncé avec une fine bande blanche et une paire de vêtements de dessus, composée d'un manteau, d'un pantalon et d'un berêt, du tissu zébré bleu-blanc désormais bien connu.
Comprendre
En fait, "comprendre" n'est pas le bon mot, car si vous n'avez pas compris assez vite ce qui était évident, mais que vous avez essayé de vous renseigner sur la taille et la propreté, c'était difficile à apprendre. Il fallait prendre soin de tout faire dans les plus brefs délais. Nous avons appris à connaître les cris les plus courants à Auschwitz : "Bewegung, Bewegung" "los, los" et "schnell, schnell" ou "dalli, dalli",(« bougez, bougez », « allez, allez » et « vite, vite » et « dépêchez-vous, dépêchez-vous »).  entrecoupés de phrases un peu plus longues telles que : "Willst du nicht oder kannst du nicht ; pass bloss auf oder ich hau'dir Einer runter dass dass es nur so knalltr, ("Tu ne veux pas ou tu ne peux pas ; fais attention ou je vais te frapper si fort que ça va exploser »), sur lesquelles l'acte était alors presque toujours ajouté au mot, bien que cet avertissement ait aussi été très souvent donné par commodité (leur commodité ! ) ait été ignoré.
Hans
Robert, Rob'
Nous avons également reçu un morceau de papier sur lequel figuraient un numéro et la mention que nous devions l'apprendre par cœur (en allemand et en polonais), car désormais notre nom n'avait plus d'importance. J'ai eu le n° "45218" et Rob le "45219".
J'ai de nouveau traduit en français, cette fois-ci avec l'aide de Rob (…). Soudain, un cri s'est élevé dans notre direction : "Wer versteht da Deutsch ?" ("Qui comprend l'allemand ?") et lorsque nous nous sommes fait connaître, on nous a fait sortir du groupe et on nous a dit que nous étions désormais "Dolmetscher" de l'"Aufnahme Abteilung" (Interprètes de l'"Enregistrement »), qui faisait partie de l'"Abteilung politique" (la section politique).
Quelques prisonniers polonais très sympathiques, qui appartenaient également à ce service et portaient de jolis costumes rayés, nous ont emmenés avec eux, se sont assurés que nous avions également des costumes soignés et nous ont amenés auprès du chef du service, le SS-Unterscharführer (sergent, il sera nommé sous-lieutenant en 1944) Hans Stark. 
Hans Stark 1921-1991
Il nous a approuvés parce que nous avons dit que nous étions néerlandais et a même agi amicalement après nous avoir confié qu'il avait eu une fille néerlandaise. Nous ne lui avons pas dit ce que nous pensions de ces filles ! C'était un jeune garçon, en termes d'âge entre Rob et moi. Plus tard, il s'est avéré qu'il avait un pouvoir inhabituellement important dans le camp par rapport à son rang et à son âge. Il y avait même des rumeurs selon lesquelles il était le représentant de la Gestapo dans le camp, ce qui me semblait comparable à un commissaire politique de l'Armée rouge. Nous avons dû nous adresser directement au photographe pour l'album des SS. Ensuite, on nous a emmenés à notre bureau, où Rob et moi avons reçu des explications sur le travail.
Pour tous les nouveaux arrivants - "neue Zugiinge" (nouveaux convois) dans le jargon des camps - un formulaire (Fragebogen) (questionnaire) devait être rempli dès que possible, sur lequel, en plus de toutes sortes de détails personnels tels que le nom, les prénoms, le lieu de naissance, la date et le lieu de résidence, ainsi que la profession, il fallait également donner les mêmes détails sur tous les membres de la famille. Il fallait y ajouter les détails de l'arrestation, de l'autorité qui a procédé à l'arrestation et des éventuelles condamnations.
Quand nous leur avons dit que notre transport était celui de prisonniers politiques, ils ne l'avaient même pas su. À part une liste du transport avec des noms, aucune donnée n'était venue avec nous. On nous avait pris pour des "criminels ordinaires" (BVF), car à part les Juifs, il n'y avait pas d'autres transports.

het Westen aangekomen "arrivés de l’Ouest"

Sur notre photo « glamour », nous étions debout avec l'indication de B.V.F. (Berufs Verbrecher Franzose) (littéralement « Criminels professionnels français »). Notre tâche consisterait à demander aux personnes qui ne comprennent pas l'allemand les données qui doivent être mentionnées sur le document "Fragebogen". Nous commencerions par notre transport, mais il y avait encore beaucoup de grands transports en provenance de l'Ouest - surtout aussi des Pays-Bas - annoncés, donc nous avions un emploi permanent pour le moment. C'était notre chance, car nous n'allions pas retourner avec notre propre convoi, qui devait passer la nuit dans un endroit bondé. On nous a fait entrer dans ce qui s'avérera plus tard être l'un des plus beaux blocs, le bloc 24, à côté de l'entrée.
C'est là que se trouvait le Political Abteilung. Nous sommes logés dans une grande pièce brillante et polie, dans laquelle des lits sont bien faits, à trois l'un sur l'autre. De plus, presque tous les Polonais ont reçu les paquets de notre Kommando (un groupe de prisonniers qui faisait le même travail), de sorte qu'ils nous ont donné une partie de leurs kampeten (gamelle) ca, quand ils nous connaissaient mieux, même une partie de leurs paquets. Plus tard, nous comprendrons quelle bénédiction c'était, car vous ne pouviez pas rester en vie dans les camps quotidiens d'Auschwitz. Le soir, après le travail, vous receviez un morceau de pain qui devait officiellement peser 350 grammes, mais vous deviez être heureux quand il pesait 300 grammes. Les distributeurs : le " Blockältester " chef d'un bloc et ses sbires : "Blockschreiber" et "Stubenältester", et parfois même les "Stubendienst" (1), ont tous fait des ravages, si bien que même les morceaux de pain de 200 grammes faisaient exception.
Ce pain, dans lequel on sentait qu'il y avait plus de sciure que de farine, était pour toute une journée. Si vous avez tout mangé le soir même, vous n'avez rien d'autre. Parfois, il était servi avec une tranche de margarine et - plus rarement encore - une tranche de saucisse à l'eau, qui puait si on la gardait jusqu'au lendemain, ou une tranche de "Baucmhancikase" (fromage fermier) qui sentait toujours bon et aussi de la "Rilbenmar-melade" (confiture de betteraves). Le tout a été complété par un "café" de 1/2 litre, noir, avec des morceaux durs de quelque chose de fou, mais je n'ai jamais pu savoir ce que c'était vraiment. Au moins, ça ressemblait à des glands grillés et écrasés ou à un délire grillé ! Tôt le matin, vous avez droit à un autre plat de café ou de thé aux herbes. Officiellement, il était censé contenir un peu de sucre (10 grammes par litre), mais en réalité, le sucre, s'il y en avait, disparaissait dès qu'il entrait dans la cuisine. Dans l'après-midi, il y avait un bol de "soupe", officiellement quatre fois par semaine, une soupe à la viande. Cette composition officielle était la suivante : 20 grammes de viande, 150 grammes de pommes de terre, 150 grammes de légumes (chou, navet ou betterave), 20 grammes de farine (Ersatz) et 5 grammes de sel par portion. Les trois autres jours de la semaine, il devrait y avoir de la soupe sans viande. Il s'agissait officiellement de : 500 grammes de pommes de terre et de navets, 40 grammes de gruau, de seigle ou similaire, 10 grammes de farine (Ersatz), 5 grammes de sel et 50 grammes de margarine. En réalité, je n'ai jamais vu de viande dans la "Lagersuppe". Nous devions en fait en obtenir 1 litre, mais la portion moyenne n'était que de 3/4 de litre. En pratique, nous connaissions trois types de soupe. La plus savoureuse était la soupe aux orties, la plus épaisse la soupe aux épluchures de pommes de terre et la plus courante la soupe aux tubercules. C'était un liquide clair avec, si vous avez de la chance, des dés qui ressemblaient à des éponges de fibre de bois. Là, j'ai appris à détester les navets !
Une fois de plus, officiellement, la valeur calorifique pour le Schwerarbeiter (travailleur de force) était de 2150 calories par jour et pour les autres de 1738 calories par jour. À titre de comparaison : les chiffres officiels de Volkenbond (la SDN, société des nations), valables pour le maintien normal d'un organisme sain, étaient pour ces deux catégories de 4800 et de 3600 calories, par jour. Une personne qui n'avait aucune chance d'obtenir un supplément de nourriture ne pouvait pas rester en vie plus de trois mois simplement à cause de ce régime. S'il ne périssait pas plus tôt (également) par d'autres causes telles que la maladie, le travail, les coups, l'exécution ou le suicide pour sortir de sa souffrance.
De toute façon, avec Rob, nous n’avons pas souffert de la faim à cette période là. Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes allés travailler le lendemain. Comme notre travail était de nature administrative, nous travaillions officiellement 16 heures par jour. Ceux qui faisaient un travail physique lourd, devaient faire 12 heures par jour (repos non compris). Au bureau, on nous a expliqué un peu plus en détail quelle serait notre tâche. Les autre membres de notre Kommando remplissaient le « Fragebogen », Rob et moi devions les assister en cas de difficultés linguistiques.
Le Kommando dont nous faisons maintenant partie, était composé des prisonniers suivants.
Ludvvik Rajcwski, un vieil homme très sympathique, traité avec respect par les autres. Il a été professeur à Varsovie et plus tard, il a préparé entre autres le Kommandofuhrer Hans Stark pour un examen scolaire. Bien sûr, tout le Kommando en a bénéficié. Un homme très sympathique et un peu plus âgé, Baca Wasowim qui avait été en tant que chef du Scout (le Scout polonais était une grande organisation de résistance, le  Szare Szeregi - en polonais Rangs gris, nom de code de l'Association clandestine des scouts polonais).et portait le numéro 20035. Il était assistant à l'université Jagellonen de Cracovie et c'est lui qui a fait de son mieux pour nous enseigner le polonais, à Rob et à moi, ce qui a été très utile pendant le reste de la période au camp. Un autre, également arrêté en tant que membre du Scout, dont le numéro était 20034, était Tadek Szymanski, de profession dessinateur/comptable. De tous les Polonais, il est devenu notre meilleur ami et nous avons eu beaucoup appris de ses conseils. 
Kazimierz Smolen (1920-2012)
en 2008
Il y avait aussi dans le camp, Kazek Smolen, un Silésien de Chorzov (Konigshütte). Il avait un numéro très bas : 1327. C'était aussi un type sympa, mais on ne le remarquait pas tout de suite, car il avait l'air très raide. Il est possible qu'il ait pris cette attitude pendant sa longue incarcération. Parce qu'il n'était pas toujours inoffensif de se montrer trop confidentiel avec des étrangers au camp,  même s'ils étaient des camarades de prison... Il sera après la guerre conservateur au Musée d'Auschwitz pendant 35 ans. D'autres bons amis étaient Marian Kocur, un fonctionnaire dont nous avons vu plus tard la sœur être amenée à Auschwitz, et un très jeune étudiant, Peter Datko de Silésie. En outre, Jerzy Zwarycz, fils d'un officier polonais, J. Trembaczowski, étudiant en droit, Zefek Wrzesniowski et Erwin Bartel, dont toute la famille a été emprisonnée (y compris un de ses frères à Birkenau et à Auschwitz).
Enfin, il y avait aussi quelques Ukrainiens qui faisaient partie de notre Kommando : Nicolai Klyinischyn et Anon Winnicki. Ils avaient été arrêtés en tant que membres du groupe de résistance "Bandera".
Bien que l'entente entre Polonais et Ukrainiens n'ait pas toujours été très bonne, ils n'étaient pas en désaccord avec notre groupe. On ne peut pas dire la même chose du troisième Ukrainien, Bohdan Komarnicki, qui était soupçonné par d’autres d'être un dénonciateur des SS. Pour lui, nous avons été avertis immédiatement. De plus, il y avait un juif polonais, appelé Tyrolean, un type très gentil, qui avait reçu son numéro la veille et qui avait dû le tatouer sur son avant-bras gauche.
Pendant un temps, il y a eu un moment difficile lorsque quelqu'un a suggéré - et cette suggestion a été reprise par Stark - que nous, en tant que Néerlandais, étions tellement liés aux Allemands (qui n'étaient pas tatoués) que nous serions nous aussi exemptés de tatouage. Cependant, j'ai vu comment nos nouveaux amis polonais et nos anciens amis français étaient attentifs à notre réaction, alors j'ai immédiatement dit que je préférais être tatoué de toute façon. Le tatoueur Tyrolien a pensé que c'était un bon geste et il a fait un effort supplémentaire sur Rob et moi, alors, nous nous sommes promenés avec les plus beaux numéros du camp d'Auschwitz. C'était la fin du problème. Les autres Néerlandais qui nous ont suivi et se sont fait tatouer un numéro, n'ont jamais su qu'ils nous devaient bien ça.
Après cela, j'ai été le premier (et probablement le seul à Auschwitz) à remplir mon propre "Fragebogen" et, plus tard, celui de Rob. Nous avons maintenant des bandes de tissu numérotées, sur lesquelles se trouve un triangle rouge avec la pointe vers le bas et derrière notre numéro, que nous avons dû coudre sur la poitrine gauche et la cuisse droite de notre "uniforme". Rouge, comme on nous l'a expliqué, signifie prisonnier politique. Les droits communs, les "Berufsverbrecher" (criminels professionnels, en abrégé B.V.), avaient comme décoration un triangle vert, les voleurs occasionnels, appelés avec dérision "Karnikeldiebe" (« voleurs de carnaval », avaient également un triangle vert mais avec la pointe vers le haut. D'autres couleurs assez courantes étaient le violet pour les "Bibelforscher" (chercheurs de la Bible) - que nous appelons les Témoins de Jéhovah - le rose pour les personnes ayant commis un délit sexuel (principalement des homosexuels, mais aussi des personnes présentant une autre « anomalie sexuelle »), le noir pour les "a-sociaux", notamment les vagabonds, les gitans, les prostituées, etc. et enfin le jaune pour les Juifs. S'ils étaient aussi là pour autre chose, il portaient un triangle jaune surmonté d'un triangle de la couleur du groupe auquel ils ont été comptés. En outre, nous avons été initiés aux règles de la Kamphiërarchy (hiérarchie du camp). Au bas de l'échelle sociale (du camp) se trouvaient les prisonniers de droit commun. Mais même dans cette grande masse, il y avait de très grandes différences.
Les prisonniers tout en bas de l'échelle de DC (généralement pas très nombreux,  car ils sont morts le plus rapidement) étaient des prisonniers de guerre soviétiques et des Juifs DC. Peu après notre arrivée, tous les prisonniers de guerre soviétiques sont morts. Ils se retrouvaient généralement dans les pires "Kommando" (unités de travail), où non seulement il n'y avait aucune chance d'"organiser" de la nourriture supplémentaire, mais où les portions étaient même très petites, avec des mauvais traitements, des coups et un travail lourd et sale en plus. Un tel "Kommando" était par exemple le "Rollwagenkommando" (kommando des wagonnets). »
Pages 40 à 45.
  • Note 1Blockältester : Doyen du Block qui dépend du Lagerführer SS responsable du camp, Blockschreiber : détenu secrétaire d’un Block, Stubenältester : Doyen chef des chambres, propreté, contrôle des poux, Stubendienst  : service des chambres, les aides du Blockältester.
  • Note 2 : Dans un courrier qu’il m’a envoyé en mai 1993, soit quelques mois après la publication de ses témoignages en néerlandais (1/1/1993), Hans Beckman précisait : J’ai alors compris que nos dossiers n’étaient pas encore arrivés. On ignorait au début que nous étions des politiques. Seulement lorsque tous les dossiers de notre convoi sont arrivés, tous ceux qui étaient restés au Stammlager (Auschwitz I) - pas seulement nous deux -  sont envoyés à Birkenau. 

Aucun commentaire: