A la croisée des deux grandes catégories de la Déportation

Le convoi d’otages parti de Compiègne vers Auschwitz le 6 juillet 1942 occupe une place particulière dans les déportations de France (cliquer sur le texte souligné). Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le "judéo-bolchevisme" et dispositif de "la politique des otages" destinée à dissuader les résistants communistes de poursuivre leurs attaques contre des officiers et des troupes de l'armée d'occupation, il s’apparente par ses origines aux fusillades massives d'otages communistes et juifs de septembre 1941 à juillet 1943 et aux premiers convois de Juifs de France dirigés sur Auschwitz-Birkenau entre mars et juin 1942.

Sur les 1170 hommes (plus de 1100 "otages communistes" et 50 "otages juifs") qui furent immatriculés le 8 juillet 1942 à Auschwitz entre les numéros 45157 et 46326 - d'où leur nom de "45000" - seuls 119 restaient en vie au jour de la victoire sur le nazisme.

L’histoire de ce convoi atypique - dont les premières recherches furent entreprises en 1971 par Roger Arnould (résistant déporté à Buchenwald et auteur de plusieurs ouvrages édités par la FNDIRP) - a fait l'objet d'une thèse de doctorat d’Histoire soutenue par Claudine Cardon-Hamet en 1995 et de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) qui publie le contenu de sa thèse avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) - et le livre grand public Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l'Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Auschwitz 1944. Hans et Noëmi : l'autre histoire d’amour

Hans et Noëmi, spectacle de Timo Waarsenburg, 2017



La plupart des survivants du convoi du 6 juillet 1942 ont connu après la Libération la belle histoire d’amour qui a réuni Aimé Oboeuf à Génia Goldgicht, jeune polonaise venant de Belgique internée au Block 10, dont il était tombé amoureux à Auschwitz. 
Il l’épousera en 1949. Très peu de « 45.000 » ont par contre connu l’autre belle histoire d’amour entre Noëmi Trpin jeune résistante slovène de Ljubljana (matricule "75040") et Hans Beckman, jeune résistant hollandais arrêté en France avec son frère lors de leur 5ème tentative pour passer en Angleterre, via la Suisse. Ils sont eux aussi déportés dans le convoi du 6 juillet 1942, avec les numéros "45218" et "45219".

Les lignes qui suivent, sont tirées des pages 76 et 77 du chapitre IV - Auschwitz 1943-1944, d’un récit dactylographié de 107 pages en néerlandais par Hans Beckman (« Odyssée 1940-1945). Lire sa notice biographique : BECKMAN Johan, Frederik (Hans).


Claudine Cardon-Hamet et Pierre Cardon

En cas d’utilisation ou publication de cet article, prière de citer : article publié dans le blog  « Déportés politiques à Auschwitz : le convoi dit des 45.000 »

Hans Beckman le 8 juillet 1942
6 et 7 juin 1944. Hans Beckman : «J’étais alors au Kommando des « installateurs » (travaux d’électricité et sanitaires) et j’étais amené à travailler à Rajko (des serres, pépinières). Un jour, un jeune ami polonais - dont je ne me souviens que du prénom Staszek - m'avait mis au défi de transmettre un message de sa part à une fille qui, bien que portant un triangle italien rouge, serait en fait slovène ou yougoslave. Il lui avait promis « d'organiser » une paire de chaussures pour elle (les chaussures étaient un article qui pouvait vous sauver la vie) mais - bien qu'il n'ait pas encore réussi - il n'avait pas oublié, et continuerait à essayer. Le contact entre hommes et femmes - surtout si on ne travaillait pas ensemble dans le même kommando - était très dangereux. Vous pourriez perdre la vie avec ça ou « si vous aviez de la chance (!) » vous pourriez être castré et la femme pourrait finir au bordel, donc je devais être prudent. Quand j'étais à Rajsko, j'ai vite découvert qui je devais voir. C'était la seule fille avec un triangle italien, mais bien que je trouve que c'était une très belle fille et que, pour cette seule raison, j'aimerais la connaître, je n'ai pas réussi à entrer en contact avec elle directement. Elle travaillait beaucoup à la chaufferie et officiellement, je n'avais rien à faire dans la chaufferie.
Quand les filles de Rajsko sont allées manger dans leur caserne à midi, je ne l'avais vue que de loin. Mais quand ils sont revenus, la situation avait radicalement changé. Le commandement de Rajsko était très excité, car dans leur camp, la nouvelle de l'invasion avait été annoncée par radio ! (il s’agit du débarquement des allés en Normandie et de l’entrée des alliés dans Rome, le 7 juin 1944). Les SS étaient également bouleversés ; le CR régnait dans une sorte de chaos. Tout le monde marchait et parlait entre eux et dans cette frénésie, j'ai réussi à parler à la fille en question. 
Noëmi Trpin
De près, je l'aimais encore plus et pour la première fois pendant mon emprisonnement, j'étais complètement fou (littéralement en néerlandais « hôtel-botel ») d'une femme. Ce court après-midi, nous avons pu nous dire énormément de choses. Il s'est avéré qu'elle s'appelait Trpin de Ljubljana, une étudiante en droit de vingt ans à l'université de cette ville. Sa famille était originaire de Gorizia en Italie, mais avait quitté cet endroit parce que son père Trpin, d'une part, n'aimait pas le fascisme et, d'autre part, parce qu'il se sentait discriminé en tant que membre de la minorité slovène sous le fascisme national-libéral. À Ljubljana, après l'occupation italienne, elle avait utilisé sa nationalité italienne pour fournir de bons services au mouvement de résistance local. Après la capitulation de Badoglio (3 septembre 1943), lorsque les Allemands ont repris l'occupation, sa nationalité ne constituait plus un alibi suffisant et bientôt les nouveaux maîtres avaient nourri des soupçons à son égard. Cela impliquait bien plus que ce qu'elle avait réellement comme responsabilités. Cette jeune fille de 20 ans était même considérée comme si dangereuse qu'elle a été emmenée en prison à Trieste après avoir été arrêtée, accompagnée de trois voitures blindées. Après avoir passé un certain temps en prison, elle a été transportée à Auschwitz sans procès, et encore moins sans condamnation, avec un groupe de personnes âgées juives. Chaque « vieux numéro » (initié, ancien du camp) du camp savait ce que cela signifiait ; le transport entier disparaîtrait dans la chambre à gaz. Le 2 février 44, ce premier transport de Juifs de Trieste est arrivé à Birkenau. Parmi les hommes, seuls trois hommes forts et capables de travailler ont été jugés dignes de se rendre utiles dans le camp. Et toutes les femmes sont envoyées en bloc à la « salle d'attente ». En chemin, un des SS qui l'accompagnait a dit quelque chose à Noémi dans le genre  de « juffie joden ». Et elle s'est mise à crier, « Mais je ne suis pas juive ». Elle a été littéralement arrachée du groupe qui était emmené vers la chambre à gaz avec ces mots : « vous n'êtes pas à votre place ici ».
Après une période incroyablement mauvaise dans un baraquement sombre et sale au F.KL. Birkenau, où elle a commencé à regretter d'avoir été mise dans ce kommando où elle ne trouvait personne qui parlait sa langue, elle a soudain eu la chance de pouvoir se retrouver dans un bon Kommando à Rajsko (pépinières ou serres). Les SS cherchaient des chimistes ou des pharmaciens. Même si elle n'avait étudié la pharmacie qu'en option, tout changement ne pouvait que signifier une amélioration de sa situation. Elle a donc eu de la chance et s’est retrouvée dans le "plus agréable" des Kommandos d'Auschwitz. Elle a pu y rencontrer des compatriotes et pouvoir à nouveau parler dans sa propre langue. L'une d'entre elles était Vojka Geeic de Zagreb. Avec Vojka, elle passait le reste de son temps au camp. C’est ainsi que j’ai pu les rencontrer toutes les deux le même jour.
J'avais tellement apprécié Noëmi que j'ai décidé d'aller la revoir quelques jours plus tard. J’étais alors au Kommando des « installateurs » (travaux d’électricité et sanitaires) et j'ai dit à Rajsko que je devais vérifier mes protocoles (travaux ?). On m'a dit de finir mon travail ce jour-là, parce qu'ils me voyaient pour la troisième fois et que sinon on me ramènerait dans mon propre camp, « les pieds devant, sur le dos ». Et ce n'était donc que la dernière chose que j'allais pouvoir faire, le temps m’était très limité, mais j'étais amoureux « jusqu'au-delà de mes oreilles » et je pensais qu’il fallait « battre le fer quand qu'il était chaud ». J'ai donc dit à Noëmi que - si nous survivions tous les deux - je voulais l'épouser. Elle a trouvé que c'était une belle blague et en a ri de bon cœur, mais elle m’a quand même donné son adresse : Gledahaa 12 à Ljubljana, que j'ai appris par cœur.
Après cela, nous avons correspondu un peu, et un collègue polonais, qui travaillait officiellement à Rajsko, nous a aidés en lui apportant mes lettres. Il les cachait dans des chiffons autour de ses pieds (nous n’avions pas de chaussettes et nous enroulions des chiffons autour de nos pieds). Le résultat est que j'ai d'abord dû laisser les notes s'aérer dans le vent pendant un certain temps avant de pouvoir les lire. Même une photo que Noêmi m’a fait passer clandestinement m'a été apportée ainsi. J'ai eu cette photo partout avec moi. Dans une lettre du 13 août, j'ai parlé à ma mère de mon nouvel amour. Mais alors le destin nous a séparés.
Une fois libre et de retour en Hollande, je suis immédiatement allé à l'adresse à Ljubljana. Je n'ai pas abandonné et j'ai répété ma demande ». 


Traduit du néerlandais avec www.DeepL.com/Translator.
Faire part du mariage

Le Cadet-enseigne du Génie des armées royales des Indes orientales néerlandaises (KNILHans Beckman, a épousé Noëmi le 14 février 1947.
www.timowryburgburg.nl/warlove


Aux Pays-bas, le comédien Timo Waarsenburg raconte leur histoire sur scène depuis mai 2017,  « Dans la guerre et l'amour ». www.timowryburgburg.nl/warlove

Oegsteest Courant du 2 mai 2018
Un article du journal néerlandais Oegsteest Courant du 2 mai 2018 relate également leur histoire, à l'occasion de la venue du comédien Timo Waarsenburg, qui présente son spectacle.

Le récit de Noëmi

Extraits du journal.
C'était le lundi 23 avril 2018 au théâtre du lycée Visser 't Hooft dans la Kagerstraat à Leyde. C'est là que Timo Waarsenburg a écrit l'impressionnante histoire "In war and love" sur la vie de Hans Beckman qui a grandi à Oegstgeest et sa femme Noëmi Trpin. 
À Auschwitz, Beckman est tombé follement amoureux de cette beauté slovène, qu'il n'a rencontrée que deux fois brièvement, et lui a promis : "Quand la guerre sera terminée, je t'épouserai".
Noëmi, 94 ans, a également assisté à la représentation. Auparavant, elle avait fait savoir qu'elle était toujours impressionnée par ce que Timo Waarsenburg mettait en scène. "Nous voyons maintenant le spectacle pour la cinquième fois", nous a dit sa fille Sonja. "Et à chaque fois, l'histoire semble s'améliorer et se rapprocher du personnage de mon père." "Il devient un peu plus Hans à chaque fois", confirme un ami qui est venu.
Une autre planète
"La vie à Auschwitz, où Hans et moi nous sommes rencontrés, n'est rien comparée à autre chose. C'est comme vivre sur une autre planète", dit Noémi Beckman-Trpin. La charmante habitante de Leiderdorpse a beaucoup parlé avec son mari des années sombres de la guerre. "Nous n'avions besoin que d'un demi-mot pour nous comprendre".
Noëmi et sa fille,  Sonja Meijer-Beckman
avril 2018 à Leyde
Noémi Trpin était étudiante en droit en Slovénie lorsque la guerre a éclaté. Elle est née dans une partie de l'Italie qui devait plus tard faire partie de la Yougoslavie. Dans sa ville natale de Ljubljana, elle a été accusée d'activités communistes. "Apparemment, ils pensaient que j'étais très importante. Parmi des Juifs grecs âgés, j'ai été transporté à Auschwitz au début de février 1944 sans procès. À cette époque, je ne savais pas grand-chose de toute la misère causée par les Allemands. Je ne connaissais que Dachau, j'étais donc soulagé d'apprendre que le train ne se rendait pas là-bas, mais à Auschwitz. A ne pas imaginer par la suite. Quand je ferme les yeux, je peux encore tout voir devant moi. A l'arrivée, les prisonniers sont sélectionnés. J'ai fait la queue pour ce qui s'est avéré plus tard être la chambre à gaz. Nous devions tous nous taire, mais lorsqu'un garde parlait à un autre de nous en tant que Juifs, je criais "mais je ne suis pas du tout Juive". Cela s'est avéré être mon salut, car j'ai été choisi dans le groupe et emmené à Birkenau. Là, je dormais sur des planches de bois entre les Polonais et les Russes, que je ne comprenais pas. Heureusement, une autre étudiante slovène y a été amenée. Je pourrais lui parler. Elle est devenue mon amie, et nous sommes toujours en contact".
Rajsko
A cinq kilomètres de Birkenau se trouvait Rajsko, un autre sous-camp d'Auschwitz. De juin 1944 à janvier 1945, environ 300 prisonnières ont été logées dans cette "horticulture". "En tant que prisonnier, il était important de trouver un emploi de mieux en mieux. Alors quand on m'a demandé qui s'y connaissait en chimie, j'ai levé la main. Avant d'entrer à la faculté de droit, j'avais brièvement étudié la pharmacie, alors j'ai saisi l'occasion. Avec mon amie, nous avons été autorisés à commencer à Rajsko ("le paradis"). Quelle différence avec "l'enfer sur terre" Birkenau. Nous y avions même des tables et des chaises, et le travail, qui consistait à faire pousser des plantes dont on espérait pouvoir extraire le caoutchouc des racines, était meilleur. Je me souviens avoir marché de Birkenau à Rajsko et avoir rencontré un cortège funèbre. Un véritable enterrement. J'ai été profondément impressionné, parce qu'à Birkenau, il n'y avait pas d'attention pour les gens qui mouraient. Ce n'étaient que des tas de cadavres".
Le jour J, le 6 juin 1944 (débarquement en Normandie, libération de Rome), le prisonnier Hans Beckman a visité les complexes de serres de Rajsko où Noëmi travaillait comme mécanicienne. Il est venu pour réparer un chaudron cassé, mais n'a pas été autorisé à parler aux prisonnières. Son regard s'est porté sur la beauté de l'Europe du Sud, et il est tombé amoureux instantanément.

"Ce jour-là, nous ne nous sommes rencontrés que pendant dix minutes. Heureusement, malgré nos origines différentes, nous avons pu communiquer en français. Croyez-le ou non, il a dit au revoir : "Quand la guerre sera finie et que nous serons libres, je vous épouserai."
Traduit du néerlandais avec www.DeepL.com/Translator. 

Aucun commentaire: