A la croisée des deux grandes catégories de la Déportation

Le convoi d’otages parti de Compiègne vers Auschwitz le 6 juillet 1942 occupe une place très particulière dans les déportations de France. Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le "judéo-bolchevisme" et dispositif de "la politique des otages" destinée à dissuader les résistants communistes de poursuivre leurs attaques contre des officiers et des troupes de l'armée d'occupation, il s’apparente par ses origines aux fusillades massives d'otages communistes et juifs de septembre 1941 à juillet 1943 et aux premiers convois de Juifs de France dirigés sur Auschwitz-Birkenau entre mars et juin 1942.

Sur les 1170 hommes (plus de mille "otages communistes" et 50 "otages juifs") qui furent immatriculés le 8 juillet 1942 à Auschwitz entre les numéros 45157 et 46326, seuls 119 restaient en vie au jour de la victoire sur le nazisme

Après les décès d'André Montagne en mai 2017 et de Fernand Devaux en mai 2018, Richard Girardi serait désormais le dernier survivant du convoi.

L’histoire de ce convoi atypique - dont les premières recherches furent entreprises en 1971 par Roger Arnould (résistant déporté à Buchenwald et auteur de plusieurs ouvrages édités par la FNDIRP) - a fait l'objet d'une thèse de doctorat d’Histoire soutenue par Claudine Cardon-Hamet en 1995 et de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) qui publie le contenu de sa thèse avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) - et le livre grand public Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l'Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

BUISSON, Abel, Lucien


Abel Buisson, années 80

Matricule "45310" à Auschwitz

Rescapé

Abel Buisson est né le 26 août 1913 à Bagnolet (Seine / Seine-St-Denis), où il habite au 3 rue de la Liberté au moment de son arrestation. 
Il est le fils de Louise Millet, 23 ans, sans profession, et de Léon Buisson, 30 ans, maçon, son époux.
Depuis 1927, Abel Buisson est fumiste-briqueteur industriel. 
L'Humanité du 11 octobre 1936
Militant communiste et cégétiste (Syndicat du Bâtiment), il est un des responsables du syndicat des Fumistes-briqueteurs industriels, ainsi qu'en témoigne cet avis paru dans l'Humanité du 11 ,octobre 1936, où son nom figure à la rubrique "syndicats" pour les  Fumistes-briqueteurs industriels, il est signalé qu'il est le correspondant de ce syndicat, en mairie d'Alforville
Le 24 septembre 1938 à Montreuil, il épouse Gina Polcri. Le couple a une fille, Arlette, qui naît le 26 décembre 1941.
Abel Buisson continue de militer sous l'Occupation. Le matin du 28 avril 1942, il est arrêté à son domicile par des policiers allemands, dans le cadre de "l'Affaire Molitor". Il s’agit d’une rafle de "plus de 500 hommes" organisée par l’occupant dans tout le département de la Seine, en répression de l’attentat de Paris du 20 avril 1942 : des coups de feu ont été tirés sur des soldats allemands à la station de métro Molitor. Cette rafle touche notamment un grand nombre de militants arrêtés une première fois par la police française pour activité communiste depuis l’armistice et libérés à l’expiration de leur peine. 61 d’entre eux seront déportés à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942. 
Parmi les militants qu’il côtoie alors, Abel Buisson mentionne Marcel Proust, de Pantin (habitant au 1 allée Maurice Daunay) qui est arrêté à son domicile le même jour que lui. Abel Buisson et ses camarades sont interrogés à la Mairie du XX° arrondissement, puis ils sont conduits à l'Ecole Militaire. De là, en autobus, des Invalides à la Gare du Nord. Le soir même, ils sont remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci les internent au camp allemand de Royallieu à Compiègne (le Frontstalag 122) en vue de leur déportation comme otages. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à leur déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942)  et «une déportation d’otages».
Réponse de la Délégation générale à Gina Buisson
Son épouse Gina ne sera pas avisée de cette destination. A la suite plusieurs de ses démarches dont celle du 15 novembre 1942, la délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés (1), lui répond le 28 novembre 1942, qu’elle signale aux autorités compétentes sa demande de précisions concernant son mari et sa « situation difficile ». Mais elle recevra des lettres d’Auschwitz, la première en date du 12 décembre 1943 
Depuis Compiègne, Abel Buisson est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000» (1170 déportés immatriculés à Auschwitz dans la série des matricules « 45.000 » et « 46.000 », d'où le nom "convoi des 45000" que les rescapés se sont donné). Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les Judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le blog le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942.
Lettre d'Auschwitz


Sur les 1175 otages partis de Compiègne le 6 juillet 1942, 1170 sont présents à l'arrivée du train en gare d'Auschwitz le 8 juillet 1942. Ces derniers sont enregistrés et photographiés au Stammlager d'Auschwitz camp souche ou camp principal, dénommé en 1943 Auschwitz-I) entre les numéros 45157 et 46326. Abel Buisson se voit attribuer le numéro matricule "45310" qui sera désormais sa seule identité pour ses gardiens.
Lire L'arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. Ce matricule sera tatoué sur son avant-bras gauche quelques mois plus tard. Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau (Brzezinka), situé à 4 km du camp principal.  Le 13 juillet : Nous sommes interrogés sur nos professions. Les spécialistes dont ils ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et s'en retournent à Auschwitz I, ils sont approximativement la moitié de ceux qui restaient de notre convoi ». Pierre Monjault. Abel Buisson fait partie des « 45000 » qui reviennent à Auschwitz 1. 
Lettre d'Abel Buisson pour Jean Quadri
Il est affecté au Block 22 A, puis au BBD « Bauleitung » (direction SS des constructions). Il participe à la construction d'un lavoir, à l'entrée de la ville. Par la suite, il sera au « Neubau » (maçonnerie, entretien des édifices neufs) avec Jean Quadri.
Gravement malade, il est hospitalisé au block 21 : "à ce moment là il était dans un tel état - rapporte Georges Brumm - que personne ne le voyait échapper aux sélections pour la chambre à gaz, ni sortir vivant de ce Block. Amaigri à l’extrême il en sortait néanmoins pour être transféré avec moi et d’autres détenus au Block n° 5, dont le chef nous recevait à coup de tabourets. C'est surtout Abel Buisson qui fut durement frappé. Ceci se passait en février 1943" (témoignage de Georges Brumm du 30 septembre 1957).
Lettre à Gina Buisson, 9 avril 1944.
En application d’une directive datée du 21 juin 1943 accordant aux détenus français des KL la possibilité de correspondre avec leur famille et de recevoir des colis renfermant des vivres, il reçoit le 4 juillet 1943, comme les autres détenus politiques français d’Auschwitz, l’autorisation d’échanger des lettres avec sa famille - rédigées en allemand et soumises à la censure - et de recevoir des colis contenant des aliments.
Entre le 14 août 1943 et le 12 décembre 1943, il est en quarantaine au Block 11 avec la quasi totalité des Français survivants. Lire l'article du blog "les 45000 au block 11.  Au block 11, d’après le témoignage de Georges Brumm : « une dizaine de «45000 », Gorgue, Buisson et moi nous nous retrouvons dans « la chambrée des aristocrates » avec trente à quarante détenus polonais, tchèques et divers ( la plupart d’anciens kapos) qui attendent leur libération ». Le 12 décembre, les Français quittent le Block 11 et retournent dans leurs anciens Kommandos. Lire La Résistance dans les camps nazis.
Il survit à la maladie et aux sévices. Le 3 août 1944, il fait partie des « 45000 » qui restent à Auschwitz, alors que les trois quarts des “45000” survivants sont regroupés au Block 10 pour être transférés vers d’autres camps (ce qu’ils ignorent). Un groupe de 31 est transféré le 28 août vers Flossenbourg, un autre groupe de 30 vers Sachsenhausen le 29 août 1944. Un troisième groupe de 30 quitte Auschwitz pour Gross-Rosen le 7 septembre (lire dans le blog "les itinéraires suivis par les survivants").
Le camp de Melk
Le 21 janvier 1945, au moment des évacuations du camp d’Auschwitz, il est transféré au sein d’un groupe de vingt « 45 000 » vers Mauthausen où ils sont enregistrés.  Le 29 janvier 1945, treize de ces « 45 000 » sont affectés à Melk (usines souterraines) : André Boulandet, Abel Buisson, Raymond Cornu, Jean Corticchiato, Marcel Guilbert, Georges Guinchan, André Montagne, Aimé Oboeuf, Jean Pollo, Jules Polosecki, Jean Quadri, André Rousseau. 
Le 15 avril 1945, 8 d’entre eux, dont Abel Buisson, sont évacués à pied sur Ebensee (aménagement d'usines souterraines, province de Salzbourg), où ils seront libérés le 6 mai 1945 par les Américains de la 3° Armée « à 14 heures 30 » écrit-t-il. Abel Buisson est rapatrié par chemin de fer, et arrive à la Paris le 24 mai 1945. Il écrit « Gare de l'Est 10 h 30. Hôtel Lutétia à 15 h. Départ ».
Le 28 mai 1956, il est homologué « Déporté politique » (N° 1175 09448). 
Il habite toujours à Bagnolet, mais rue des Blancs Champs. Il est devenu contrôleur à la Sécurité Sociale. Il a adhéré à la FNDIRP dès 1945. 
Il cherche à témoigner et à aider ses camarades d’internement ou de déportation. Le 28 janvier 1946, il participe à la commémoration de la Libération d’Auschwitz au Palais d’Orsay (témoignage de Roger Abada).
Le 28 mai 1956, il est homologué «Déporté politique» (n° 117509448). 
En 1961, il signe une attestation certifiant que son camarade Omer Proust a bien été arrêté le même jour que lui et interné avec lui au camp de Compiègne. 
Témoignage sur Jean Quadri
Il revoit régulièrement Jean Quadri, son camarade au Neubau pendant plus d’un an : «un ami sincère, qui a beaucoup aidé le reste des «45000». Il retrouve Georges Brumm à Montreuil chaque dimanche depuis 1945. Il écrit : « Je l’ai connu au Block n°21, en février 1943, pendant un mois. J’ai passé une sélection avec lui. On a passé au travers et huit jours après on est sortis pour aller au travail. On se rencontrait souvent le dimanche avec nos camarades. Il est parti en transport à Gross-Rosen en septembre 1944. Je l’ai revu en rentrant, le 24 mai 1944 et tous les dimanches sur le marché à Montreuil. J’ai perdu un frère pour moi à 83 ans ».
Abel Buisson est mort à Bagnolet le 7 mai 1989.
  • Note 1 : Fernand Brinon (dit marquis de Brinon) représente le gouvernement français auprès du Haut-Commandement allemand dans le Paris de l’Occupation. Il est nommé le 5 novembre 1940 ambassadeur de France auprès des Allemands, puis le 17 novembre suivant «délégué général du gouvernement français dans les territoires occupés». Il a été le destinataire des démarches des familles de « 45000 » qui cherchent à obtenir des informations sur le sort de leur déporté.
Sources

·    Questionnaire biographique (contribution à l’histoire de la déportation du convoi du 6 juillet 1942), envoyé aux mairies, associations et familles au début de mes recherches, rempli par Abel Buisson le 26 novembre 1987.
·      Abel Buisson a confié une carte-lettre d'Auschwitz à la FNDIRP, ainsi que des souvenirs, en particulier sur Georges Brumm, recueillis par Roger Arnould.  
·         Georges Brumm, entretien avec Roger Arnould sur le Bock 11 (février 1973).
·         © Photo couleur d'Abel Buisson, Pauline Montagne.
·      Abel Buisson a confié des photocopies de documents et le texte d’une lettre d'Auschwitz, ainsi que des souvenirs
·       Témoignage dactylographié de Georges Brumm (30 septembre 1957).
·     Et les gens de Bagnolet se levèrent. Notes de Jean Pierre Gast, avant parution de son ouvrage (avril 2004). 
© Photo du camp de Melk. Amicale de Mauthausen.

Notice biographique rédigée en mars 2011, complétée en 2017 et 2019, par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris et de "Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 »", éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé). Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

Aucun commentaire: