A la croisée des deux grandes catégories de la Déportation

Le convoi d’otages parti de Compiègne vers Auschwitz le 6 juillet 1942 occupe une place particulière dans les déportations de France. Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le "judéo-bolchevisme" et dispositif de "la politique des otages" destinée à dissuader les résistants communistes de poursuivre leurs attaques contre des officiers et des troupes de l'armée d'occupation, il s’apparente par ses origines aux fusillades massives d'otages communistes et juifs de septembre 1941 à juillet 1943 et aux premiers convois de Juifs de France dirigés sur Auschwitz-Birkenau entre mars et juin 1942.

Sur les 1170 hommes (plus de mille "otages communistes" et 50 "otages juifs") qui furent immatriculés le 8 juillet 1942 à Auschwitz entre les numéros 45157 et 46326, seuls 119 restaient en vie au jour de la victoire sur le nazisme

Après les décès d'André Montagne en mai 2017 et de Fernand Devaux en mai 2018, Richard Girardi serait désormais le dernier survivant du convoi.

L’histoire de ce convoi atypique - dont les premières recherches furent entreprises en 1971 par Roger Arnould (résistant déporté à Buchenwald et auteur de plusieurs ouvrages édités par la FNDIRP) - a fait l'objet d'une thèse de doctorat d’Histoire soutenue par Claudine Cardon-Hamet en 1995 et de deux ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » (éd. Graphein, Paris, 1997 et 2000, épuisé) qui publie le contenu de sa thèse avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) - et le livre grand public Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942 (éd. Autrement, collection Mémoires, Paris, 2005, mis à jour en 2015) édité avec le soutien de la Direction du Patrimoine et de l'Histoire et de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Travaux de recherche et publications

Claudine Cardon-Hamet
En 1997, 4ème de couverture de  "Milles otages pour Auschwitz"
Claudine Cardon-Hamet
professeure agrégée (1970), docteur en Histoire (1995)



Travaux de recherche universitaire

Le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes (CVIA) mémoire de maîtrise sous la direction de Jacques Droz, Paris Sorbonne, 1967

Politique des otages et déportation à Auschwitz : le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45.000», thèse de Doctorat d'Histoire (jury Jean-Pierre Azéma, François Bédarida, Pierre Laborie, Claude Willard), Université de Paris VIII, 1995

Ouvrages collectifs et publications

L'Humanité clandestine, sous la direction de Germaine Willard, avec Claudine Cardon, Danièle Tartakovsky, Serge Wolikow, Paris, Editions sociales, 1975. 



1987, avec Roger Arnould, résistant, déporté à Buchenwald, 
documentaliste à la FNDIRP , à l'initiative  de la recherche
 Photo © André Montagne. 
Journée d'étude du témoignage oral des déportés et internés dans les établissements scolaires (23-24 novembre 1990), cahier édité par la FNDIRP : "Le professeur et le témoin" p. 69-81 

Histoire et mémoire des crimes et génocides nazis, Congrès international Bruxelles, 23-27 novembre 1992, Bulletin trimestriel de la Fondation Auschwitz (Belgique), n° spécial 36-37 avril-septembre 1993, "Ecrire l'histoire d'un d'un convoi de déportation politique à Auschwitz"

La déportation, le système concentrationnaire nazi, sous la direction de François Bédarida et Laurent Gervereau, catalogue de l'exposition de Musée d'histoire contemporaine-BDIC, avril 1995, article sur "Auschwitz", p. 90-99

Dictionnaire historique de la Résistance, sous la direction de François Marcot, éditions Robert Laffont, Paris 2006 (2 articles : "déportation" et "résistance des déportés", p. 776 - 780) 


Livres 


Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 » éd. Graphein, Paris, 1997, réédité et mis à jour en 2000 (publication de la thèse). Épuisé

Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942, (édition grand public), Autrement, Collection Mémoires, Paris, 2005. Épuisé, réimprimé avec mise à jour en 2015

Cliquer sur le titre des deux ouvrages pour plus de détails
Note à destination des familles de "45000" pour savoir où se procurer ce dernier livre et/ou recevoir une dédicace, écrire à 
deportes.politiques.auschwitz@gmail.com 

3 commentaires:

unam a dit…

j'aimerai avoir tous les renseignements possible sur mon grand oncle qui faisait partie du convoi des 45000, comment faire ?
merci

Claudine Cardon-Hamet a dit…

Il suffit de m'écrire par le biais d'un "commentaire" qui me sera transmis. Je vous répondrai directement. Les commentaires ne sont pas automatiquement publiés pour permettre de préserver la confidentialité de certains courriers.
Bien à vous
Claudine Cardon-Hamet

laurent kupferman a dit…

Chère Madame,
je vous remercie pour l'immense travail que vous êtes en train d'accomplir . C'est un chantier immense et un bel hommage aux morts. Mon père , l'historien Fred Kupferman , aurait été extrèmement intéressé et touché par votre travail . A sa mort en effet il ignorait encore où et quand son père Israel Kupferman avait été déporté et quand il était décédé.

Dans le précédent site , il y avait notice biographique , ainsi qu'une photo de mon grand-père. Pourriez vous me dire ce qu'elles sont devenue s?
Vous comprendrez je l'espère, combien il est important pour notre famille , que cette présence que vous rendez possible grâce à votre travail , perdure et que son image et la trace de ses engagements ne soient pas perdus.

Croyez, Madame, en ma très respectueuse considération,

Laurent Kupferman