L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
Déporté Résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


MARTIN Alexis Victor



Matricule 45847 à Auschwitz

Alexis Martin est né le 17 septembre 1892 au Havre (Seine-Inférieure / Seine-Maritime). 
Il est le fils de Thérèse, Esther, Marie Martin, sans profession, née à Fécamp.
Il habite au 65 bis rue de St Cloud à Boulogne-Billancourt (Seine / Hauts-de-Seine) au moment de son arrestation (source dossier individuel BAVCC) (1). Mais lors de son immatriculation à Auschwitz, il donne comme adresse le 8 rue des Platanes au Plessis-Robinson (2). Ce qui suppose un déménagement de sa famille entre juin 1941 et  juillet 1942.
Alexis Martin travaille comme journalier au moment de son appel sous les drapeaux le 9 octobre 1913. Son registre matricule militaire nous indique qu’il sait lire et écrire, qu’il mesure 1m 68 a les yeux marrons et les cheveux châtain clair. Il est affecté au 164ème Régiment d’infanterie puis est transféré au 81ème d’Artillerie lourde. Il fait toute la guerre (campagnes du 5 août 1914 au 15 mai 1919). 
Front de Picardie mai1918
Il est au front de nombreux mois (2 août 1914 au 24 décembre 1914 et du 25 décembre 1915 au 20 octobre 1916, date à laquelle il est hospitalisé). Il est blessé deux fois. La première aux jambes par éclat d’obus le 25 décembre 1914 (cicatrice et raideur tibio-tarsienne), la deuxième (intoxication par les gaz : il souffrira d’une « pleurite des sommets », infection de la plèvre) à Grivesnes, le 10 mai 1918 lors de l’offensive allemande en Picardie. Il est cité à l’ordre du régiment « mitrailleur remarquable, est resté à son poste de combat sous un bombardement prolongé jusqu’à ce qu’il soit blessé ». Le 15 mars 1919, il est mis à disposition des Chemins de fer de l’Etat, jusqu’au 23 juin 1919, date de sa libération. Il sera décoré de la Croix de guerre, de la Médaille de la Victoire (1934) et de la Médaille militaire (1934).
Le 30 mars 1920, à Sotteville les Rouen, il épouse Suzanne, Marguerite, Léontine Roger. Le couple aura un enfant.
Le 4 mars 1925, le couple habite au 281 rue de la République à Sotteville, puis au hameau de Charleval, chez M. Albert Lefebvre. Ils déménagent en région parisienne vers 1931. Alexis Martin travaille comme contrôleur techniques aux usines Renault de Billancourt (1*933, 1935). Le couple habite alors au 198 avenue Edouard Vaillant à Boulogne, puis au 4 bis rue du Hameau fleuri.
Renault, grèves de 1936
Il est délégué d’atelier chez Renault, adhérent au syndicat CGT des Techniciens.
Pendant l’Occupation, Alexis Martin est arrêté dans la nuit du 24 au 25 juin 1941 "à la demande du Commissaire de police de Boulogne". Lire dans le blog : 21 militants communistes et syndicalistes des usines Renault de Boulogne-Billancourt déportés à Auschwitz le 6 juillet 1942. et le rôle des fiches établies par certains commissariats : Le rôle de la police française dans les arrestations des «45000». 
Cette arrestation a lieu dans le cadre de la grande rafle commencée le 22 juin, jour de l’attaque hitlérienne contre l’Union soviétique. Sous le nom «d’Aktion Theoderich», les Allemands arrêtent plus de mille communistes dans la zone occupée, avec l’aide de la police française. Ils sont envoyés, à partir du 27 juin 1941, au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré par la Wehrmacht et qui ce jour là devient un camp de détention des ennemis actifs du Reich.
Alexis Martin est interné ce même jour au camp de Royallieu, qui est devenu le 22 juin 1941 le «Frontstalag 122» destiné à l’internement des «ennemis actifs du Reich». Royallieu est alors le seul camp en France sous contrôle direct de l’armée allemande.
A Compiègne, il reçoit le matricule n° 314. Son épouse fera une demande auprès des services de Brinon (1), auxquels les services de la Préfecture  répondront le 17 juillet 1942 : « A été placé à Compiègne où il se trouve actuellement. Pas d’antécédents judiciaires. Le commissaire de police de Boulogne-Billancourt n’a pas opposé une mesure de clémence à l’égard du dénommé Martin Alexis ». 
Mais depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à leur déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942)  et «une déportation d’otages».
Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation
Alexis Martin est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les Judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le blog le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6, 7, 8 juillet 1942.
Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro «45847», habitant Le Plessis-Robinson, selon la liste par matricules du convoi établie en 1974 par les historiens polonais du Musée d'Etat d'Auschwitz. Lire dans le blog le récit de leur premier jour à Auschwitz : L'arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, "visite médicale"
Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks. On ignore dans quel camp il est affecté à cette date.
Dessin de Franz Reisz
Alexis Martin meurt à Auschwitz le 17 août 1942 d’après le certificat de décès établi au camp d’Auschwitz et destiné à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 3 page 784). 
Il convient de souligner que vingt-six autres «45000» ont été déclarés décédés à l’état civil d’Auschwitz ce même jour (c’est le début d’une grande épidémie de typhus au camp principal, qui entraîne la désinfection des blocks, s’accompagnant d’importantes sélections et du transfert du camp des femmes). Lire 80 % des 45000 meurent dans les 6 premiers mois, pages 126 à 129 in Triangles rouges à Auschwitz.  Son acte de décès est établi en France le 19 avril 1946 et porte cette date de décès.
Alexis Martin est homologué "Déporté politique" le 19 janvier 1946 (N° 11 10566). La mention Mort en déportation est apposée sur son acte de décès (arrêté du 10 novembre 1994 paru au Journal Officiel du 5 janvier 1995). Cet arrêté mentionne néanmoins une date erronée : décédé le 5 novembre 1942 à Auschwitz. Il serait souhaitable que le ministère prenne désormais en compte par un nouvel arrêté la date portée sur son certificat de décès de l’état civil de la municipalité d’Auschwitz, accessible depuis 1995 (Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau).
  • Note 1 : François de Brinon représente le gouvernement français auprès du Haut-Commandement allemand dans le Paris de l’Occupation. Il est nommé le 5 novembre 1940 ambassadeur de France auprès des Allemands, puis le 17 novembre suivant «délégué général du gouvernement français dans les territoires occupés».
  • Note 2 :  Cette adresse figure également sur son dossier individuel au BAVCC. Sur le site internet de la ville du Plessis-Robinson on peut lire : «Le nom d’Alexis Martin qui était sur le monument aux morts a été supprimé par la Municipalité en 1991, dans la mesure où le fondateur de la section du Plessis-Robinson du PCF n’a été combattant ni résistant puisqu’il est mort en 1938». Il est vraisemblable qu’il y ait eu confusion entre Alexis Martin, déporté à Auschwitz dont le nom a légitimement sa place sur le monument aux morts du Plessis-Robinson et Alexis Martin, né le 9 juillet 1878 à Ballan-Miré, maire-adjoint communiste de Malakoff (Seine / Hauts de Seine), depuis 1925, décédé le 12 mars 1938, au cours de son dernier mandat. http://www.plessis-robinson.com/page.html?p=721. On veut espérer que cette erreur sera réparée.
Sources
  • Témoignage de Georges Guinchan.
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres (incomplets) des certificats de décès destinés à l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Fichier national du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen. Fiche individuelle décembre 1992, Caen.et dossier individuel consulté au Val de Fontenay, novembre 1993.
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d'Etat d'Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • Décédés du convoi de Compiègne en date du 6/7/1942. Classeur Ausch. 1/19, liste N° 3 (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains, Ministère de la Défense, Caen).
  • © Photo de la porte d’entrée du camp d'Auschwitz : Musée d’Auschwitz-Birkenau.
  • © Site Internet Mémorial-GenWeb.
  • © Site Internet Légifrance.gouv.fr.
  • © Archives en ligne de Seine Maritime. Registre matricule militaire.
  • © Dessin de Franz Reisz, in « Témoignages sur Auschwitz », ouvrage édité par l’Amicale des déportés d’Auschwitz (1946).
Biographie installée et complétée en mai 2012 et août 2015 (rédigée en 2003), par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942, Editions Autrement, 2005 Paris et de Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000», éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé). Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. *Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel deportes.politiques.auschwitz@gmail.com Pensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie. 

Aucun commentaire: