L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
Déporté Résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


PREVOTEAU Georges, Fernand



Matricule 46015 à Auschwitz
Biographie provisoire.
Une biographie plus récente a été installée en décembre 2013
SVP Cliquez sur le lien suivant

PREVOTEAU Georges, Fernand, Frédéric


Georges Prévoteau est né le 5 janvier 1895 rue des Bons enfants à Orléans (Loiret). Il est le fils de Louise Trumeau (24 ans) et de Fernand Prévoteau (24 ans), employé de bureau son époux. Il habite au 48 avenue de Clichy à Paris (XVIIIème) au moment de son arrestation.
Georges Prévoteau se marie le 31 juillet 1913, à Paris VIème, avec Elise Ostyn. L’état civil d’Orléans nous apprend qu’il se marie une deuxième fois, le 30 aoüt 1921 avec Marguerite Dujardin, à Paris XIVème. Il est père de 2 enfants.
Electricien, militant communiste connu, Georges Prévoteau est arrêté le 24 octobre ou début novembre 1941. Il est ensuite remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci l’internent au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Frontstalag 122) le 4 novembre 1941.

A Compiègne, il reçoit le matricule 1693. Georges Prévoteau relève sur 10 pages de carnet les noms et numéros matricules de nombreux internés à Royallieu (document ci-contre) dont la majorité sera déportée à Auschwitz. Emile Drouillas, dit Laporte, a fait de même, malheureusement son épouse n’a pas conservé ces documents. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à leur déportation, lire dans le blog «une déportation d’otages».


Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation
Georges Prévoteau est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les «Judéo-bolcheviks» responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941.
Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro «46015» selon la liste par matricules du convoi établie en 1974 par les historiens polonais du Musée d'Etat d'Auschwitz.



  1. Georges Prévoteau meurt à Auschwitz le 19 septembre 1942 d’après le certificat de décès établi au camp d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 3 page 964). Sur le registre de l’infirmerie d’Auschwitz sont inscrites comme cause de son décès : cachexie et entérite. S’il est certain que Georges Prévoteau ait souffert de malnutrition, comme tous les autres déportés, il convient de souligner que cent-quarante-huit autres «45000» ont été déclarés décédés à l’état civil d’Auschwitz les 18 et 19 septembre 1942, et qu’un nombre important d’autres détenus du camp ont été enregistrés à ces mêmes dates. Il est vraisemblable qu’ils ont tous été gazés à la suite d’une vaste «sélection» interne des «inaptes au travail», opérée sans doute dans les blocks d’infirmerie. La mention «Mort en déportation» est apposée sur son acte de décès paru au Journal Officiel n°91 du 18 avril 1988» : il serait souhaitable que le ministère prenne désormais en compte par un nouvel arrêté la date portée sur son certificat de décès de l’état civil d’Auschwitz, accessible depuis 1995 (Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau) acte de décès qui porte une date erronée «le 8 septembre 1942".

Sources
  • Fichier national du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen. Fiche individuelle consultée en octobre 1993.
  • Liste «de noms de camarades du camp de Compiègne», collectés avant le départ du convoi et transmis à sa famille par Georges Prévoteau de Paris XVIIIème, mort à Auschwitz le 19 septembre 1942 (matricules 283 à 3800).
  • Liste (incomplète) par matricule du convoi du 6 juillet 1942 établie en 1974 par les historiens du Musée d'Etat d'Auschwitz-Birkenau (Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Ministère de la Défense, Caen) indiquant généralement la date de décès au camp.
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres - incomplets - de l’état civil d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (Archives de Caen du ministère de la Défense). "Liste communiquée par M. Van de Laar, mission néerlandaise de Recherche à Paris le 29.6.1948", établie à partir des déclarations de décès du camp d'Auschwitz (N°31714 et N° 279).
  • © Site Internet «Légifrance.gouv.fr»
  • © Archives en ligne d'Orléans.
Biographie rédigée en 2003 pour l’exposition de l’association «Mémoire Vive» par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : «Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942», Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000», éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé). Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com Pensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie. 

Aucun commentaire: