L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
déporté résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


LES « 45000 » AU BLOCK 11


14 août 1943 - 12 décembre 1943

En 1943, les «45000» bénéficient de mesures exceptionnelles prises par les SS en direction des détenus politiques français. 
En mars, 17 sur 25 des «45000» ayant survécu à l'enfer de Birkenau retournent au camp principal. 
Le 4 juillet, tous les «45000», exception faite du seul survivant portant l’étoile des Juifs (David Badache), sont autorisés à écrire en France et à recevoir des colis.
Entre août et décembre, les quelques 150 survivants sont placés (à quelques exceptions près) en quarantaine au premier étage du block 11, la prison du camp, où ils connaissent quatre mois d'un relatif répit. Ils n’ont plus à travailler, ni à subir les coups des SS et des kapos.


Le Block 11 à gauche (FNDIRP 1955)
Quelques jours à peine après la réception des premières lettres, on vient chercher les "45 000" dans leurs kommandos pour les conduire au block 11. Situé dans l'angle sud-est du camp, il donne sur une cour fermée par deux hauts murs qui le réunissent au block 10. 
Ce bâtiment avait trois fonctions. «Le sous-sol servait de bunker, de prison pour les internés du camp. Le rez-de-chaussée servait de lieu de détention pour les civils arrêtés, soit dans une rafle, soit après un attentat survenu dans la région. (...) Au premier étage, était la «quarantaine» pour (les détenus qui devaient) aller dans un autre camp ou être libérés définitivement» (Marcel Cimier).
Aussi les "45 000" sont-ils pleins d'appréhension quand on les amène dans ce qu'Adrien Humbert appelle le "block maudit". Ils sont d'autant plus anxieux que quelques-uns avaient reçu l'annonce d'une mort prochaine : «En partant de Budy -raconte Clément Coudert - les SS m'avaient dit qu'ils allaient me fusiller». Pour Gabriel Lejard, l'explication est au contraire optimiste : «Un chef d'équipe tchèque, un bon gars, vient me chercher au boulot. Il m'explique que tous les Français vont être rassemblés au block 11, que nous allons être libérés. Quelle interrogation, faite à la fois de joie et d'inquiétude !» Les "45 000" sont emmenés dans l'une des salles du premier étage. Le Blockführer les reçoit avec des paroles sinistres, simple variante de celles qu'ils avaient entendues à leur arrivée au camp : «ici il n'y a qu'une entrée, mais deux sorties, une bonne et une mauvaise. On entre vivant, mais on sort vivant ou mort» (Raymond Montégut).

Le couloir 
Les archives d'Auschwitz n'ont conservé aucune trace de l’internement des Français au block 11. Aussi, pour le situer dans le temps, seuls peuvent nous renseigner les souvenirs des rescapés dont certains accusent des écarts de plusieurs mois. Cependant, les lettres des "45 000" expédiées tous les 15 jours et au dos desquelles sont mentionnés le numéro du block et, parfois, celui de la chambre du détenu, fournissent une fourchette fiable. 
Les premières écrites au block 11 datent du 22 août. Pour Henri Peiffer qui avait inscrit les faits majeurs de sa déportation sur un carnet trouvé dans un colis de la Croix-Rouge au moment de sa libération, la quarantaine avait commencé le 13 août 1943. Mais la date avancée par Raymond Montégut et Jacques Jung est celle du 14. Charles Lelandais la confirme : «Au block 11 nous (...) trouvons un détenu polonais parlant très bien le français (...). Il nous a dit : "Demain c'est la fête de la Vierge et nous allons prier, intercéder auprès d'elle. Ce lendemain, était forcément le 15 août». On peut donc s'en tenir au 14 août pour fixer l'arrivée au block 11 de la plupart des "45 000". Cependant, ils n'y entrent pas tous au même moment. Ceux qui travaillaient dans des kommandos particuliers n'y sont amenés qu'au bout de plusieurs jours. Ainsi André Montagne ne quitte ses fonctions d'infirmier au block 20 qu'à la mi-septembre.

Le plan du Block 11 par Gustave Rémy déporté en mai 1943
Il est difficile de connaître le nombre exact de Français rassemblés au block 11. Les rescapés ont indiqué un nombre variant entre 120 et 140. René Aondetto, comme quelques autres, a donné le chiffre très précis de 136. Mais on ignore à quel mois de la quarantaine correspond cette évaluation car, on le verra, plusieurs "45 000" ont dû quitter le block 11 pour des raisons de santé, et neuf autres n'ont fait aucune quarantaine. Jules Polosecki (en tant que Juif) et Lahousine Ben Ali (Vorarbeiter) et qui étaient restés à Birkenau. Quant à Robert Jarry, il est demeuré, plus ou moins clandestinement, entre février 1943 et avril 1944 au block 20 du Revier où il avait trouvé refuge (lire son récit dans sa biographie Jarry Robert).
D'autres "45 000", trop affaiblis, ne peuvent rejoindre leurs camarades. André Montagne se souvient d'être parti du block 20 du Revier en y laissant plusieurs d'entre eux. Robert Blais y meurt le 19 septembre, Marius Vallée, le 26. Raymond Balestreri, épuisé par sa détention à Birkenau, décède le 27 octobre. Raymond Langlois, atteint de tuberculose, s'éteint le 11 novembre 1943 (Témoignage de Georges Brumm).

Johan et Robert Beckman, qui avaient été rétablis dans leur nationalité hollandaise dans les jours suivant leur arrivée à Auschwitz, quittent à cette période leur travail à la Politische Abteilung contre l'avis de leur supérieur SS, Hans Stark, et sont affectés à Birkenau. Leur cas est intéressant car il prouve que cette mesure de quarantaine n'a concerné que les détenus politiques français. Comme l'atteste également la présence au block 11, aux côtés des "45 000", de Français qui n'avaient pas été déportés dans le convoi du 6 juillet 1942.

Comment expliquer ces mesures d’exception ? Plusieurs hypothèses sont possibles et notamment la diffusion en France, en mai 1943, d’un tract du 
Front national de lutte pour l’indépendance de la France sur Auschwitz.
Pourquoi ce regroupement des détenus politiques français au camp principal ? Aucun document n'a été retrouvé dans les archives d'Auschwitz, d'ailleurs très lacunaires, pour expliquer un tel traitement. Cependant il existe de remarquables similitudes entre le sort réservé aux survivants du convoi du 6 juillet 1942 et aux femmes du convoi du 24 janvier 1943. Ces deux convois ayant pour caractéristique commune d'avoir été, en 1943, les seuls transports vers Auschwitz composés, dans leur très grande majorité, de prisonniers politiques français.
C'est donc à partir de cette spécificité et des témoignages recueillis qu'il faut s'interroger. Peu de temps avant son retour au camp principal, Henri Peiffer, Blockschreiber (secrétaire de block), avait appris de la bouche même du Rapportschreiber de Birkenau, que ce dernier avait reçu l'ordre de la Gestapo de recenser tous les détenus politiques français se trouvant dans ce camp
[1].
Pour Henri Peiffer, cette décision avait été prise après une inspection du camp par Himmler, au début de l'année 1943 : «En janvier 1943, Himmler fit une visite à Birkenau, vers 9 heures du matin. Sur ordre du Rapportführer SS, les présents au camp furent rassemblés aux environs des cuisines et Himmler nous interrogea. Kaziemirz, le Lagerschreiber polonais servait d'interprète. Lorsque Himmler arriva devant moi, il s'exclama : "Ach, ein Franzose !" et Kaziemirz de dire : "Il parle allemand". Himmler me demanda. "Combien de Français êtes-vous dans ce camp ?". "Je l'ignore", fut ma réponse».
David Badache, Georges Dudal, Georges Marin ont confirmé que Himmler était venu à Birkenau durant l'hiver 1942-43, sans toutefois pouvoir en préciser la date : «Il faisait très froid - remarque Georges Marin - Au centre du groupe, il y avait un petit bonhomme à lunettes. On a dit dans le camp qu'il s'agissait de Himmler». Pour David Badache, Himmler serait venu à Birkenau pour l'inauguration du premier grand Krematorium. David Badache était alors comptable au magasin d'habillement. De son baraquement, il avait aperçu Himmler entouré d'officiers SS. Ce dernier témoignage daterait cette visite de mars 1943. C'est, en effet, le 4 mars 1943 que les cinq fours du Krematorium-II sont essayés en présence des SS de la Politische Abteilung, de la Bauleitung et d'autres personnalités[2].
Le Kalendarium d'Auschwitz ne mentionne pas la présence de Himmler à Birkenau ni ce jour-là, ni au cours de l'année 1943. Cependant, selon les historiens du Musée d'Auschwitz, Himmler serait venu dans ce camp en plusieurs occasions. Quant à Rudolf Vbra, il fait longuement état d'une visite de Himmler pour l'inauguration du Krématorium, tout en la situant, comme Henri Peiffer, en janvier 1943[3].
Quoi qu'il en soit, il reste à comprendre pourquoi les politiques français de Birkenau, en l'occurrence les "45 000", devaient être ramenés à Auschwitz-I. Il ressort du dialogue rapporté par Henri Peiffer que Himmler (ou le dignitaire SS) était surpris de rencontrer à Birkenau, et peut-être de manière plus générale à Auschwitz des détenus politiques français. Jugeait-il que ceux-ci n'y avaient pas leur place ? Il est vrai qu'à cette date les déportés par mesure de répression d'Europe de l'Ouest étaient dirigés vers d'autres camps. On peut alors envisager la possibilité d'un rassemblement des "45 000" à Auschwitz-I en vue d'un transport vers un autre KL.
Cette éventualité s'appuie sur le témoignage de Marie-Elisa Nordmann-Cohen, déportée dans le convoi des "31 000". Pendant son séjour au Revier entre le 28 février et le 21 mars 1943, elle avait entendu une conversation entre la doctoresse polonaise et une gardienne SS, laquelle disait : «Ces Françaises ne supportent pas le climat d'ici. Elles meurent comme des mouches. Elles vont être toutes transférées à Ravensbrück». Cette perspective a été confirmée par la suite à Marie-Elisa Nordmann-Cohen par une amie tchèque, Annie Binder, secrétaire du docteur SS Caesar, chef du laboratoire de Raïsko, où travaillaient plusieurs "31 000". Cependant, force est de constater que ce projet n'a pas eu de suite immédiate et qu'une partie seulement des politiques français de Birkenau a été ramenée à Auschwitz-I en mars 1943.

Claudine-Cardon Hamet.

[1] Le changement de "triangle" de David Badache montre, en effet, que des dossiers de "45 000" ont été examinés par l'administration SS au cours du premier trimestre de 1943.
[2] Danuta Czech, Kalendarium, à la date du 4 mars 1943.
[3] Rudolf Vrba, Alan Bestic, "Je me suis évadé d'Auschwitz" , p. 19 et suivantes.
- Pages 206 à 223 de mon livre "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris.
Photos Wikipédia et Mémorial de la Shoah.

Aucun commentaire: