L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
déporté résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


HUART Roger, René






45671

Roger Huart est né le 7 novembre 1905 à Souvigné (Indre-et-Loire) où son père René Huart est charron.
 
Après avoir travaillé à la campagne jusqu'à son service militaire, Roger Huart entre aux PTT de Tours en 1926 et milite alors au syndicat unitaire (CGTU). Il est successivement télégraphiste, puis monteur de lignes.
Roger Huart épouse Odette Boutreux le 20 octobre 1928, à Tours. I
l habite dans cette ville au 73 rue des docks. Le couple a deux enfants (âgés de 5 et 12 ans au moment de son arrestation). 
Roger Huart adhère au Parti communiste en 1932. Il est secrétaire du rayon (section) de Tours, membre du bureau fédéral d'Indre-et-Loire et secrétaire régional adjoint en 1937/38. Il est délégué au Congrès d'Arles en 1937.Il est candidat aux élections cantonales à Richelieu (Indre-et-Loire) en 1937 et mai 1939. Il est  secrétaire régional du Parti communiste en 1939. Mobilisé en 1939, de retour à son travail, il reprend son activité militante. 
Roger Huart est  déplacé d'office sur ordre de M. Barra, directeur départemental des PTT ("La Voix du Peuple " du 19 mai 1945). Roger Huart est arrêté le 4 juillet 1941 comme "propagandiste" et purge probablement une peine de prison.
Il est remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci l’internent au camp de Royallieu à Compiègne (Frontstalag 122), entre le 18 août et le 30 septembre 1941 (fourchette des dates d'enregistrement connues correspondant à son n° matricule : 1588) 
Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à leur déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942)  et «une déportation d’otages».
Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation

Roger Huart est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les «judéo-bolcheviks» responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941.

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro 45671 
selon la liste par matricules du convoi établie en 1974 par les historiens polonais du Musée d'Etat d'Auschwitz. 
Roger Huart meurt à Auschwitz le 2 octobre 1942 d’après son certificat de décès établi au camp pour le registre d’état civil d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz, Tome 2, page 478). Sa fiche d'état civil établie en France après la Libération porte toujours la mention «décédé le 14 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne)». Il serait souhaitable que le ministère corrige ces dates fictives qui furent apposées dans les années d'après guerre sur les état civils, afin de donner accès aux titres et pensions aux familles des déportés. Cette démarche est rendue possible depuis la parution de l'ouvrage "Death Books from Auschwitz" publié par les historiens polonais du Musée d'Auschwitz en 1995. Lire dans le blog : Les dates de décès à Auschwitz. 

La Voix du Peuple du 19 mai 1945
La mention "mort en déportation" a été apposée sur son état civil (JO du 1er décembre 1992).
A partir du 19 mai 1945, l'hebdomadaire régional du Parti communiste "La Voix du peuple de Touraine" consacre une série d'articles à Roger Huart, Jacques Mazein, Bernard Chauveau, André Marteau, Roger Morin, Le Tondu, Seguin, Legendre, Hayot, assassinés à Auschwitz et Birkenau dans des conditions épouvantables. Ces articles ont pour but de "retrouver et châtier les responsables de leur livraison à la Gestapo". 
Une plaque au nom de Roger Huart est apposée à Tours, au jardin Velpeau.
La mémoire de Roger Huart est honorée sur le site de la fédération du PCF de Touraine.


Sources
  • Acte de mariage.
  • Etat civil de Souvigné.
  • Journaux locaux 1942 et 1945 (sources Robert Guérineau).
  • Lettre de Stanislaw Tamowsky au «Patriote Résistant» (1972).
  • Enquêtes de Robert Guerineau (1980) et Jean-Claude Guillon (1980) bibliothécaire retraité, membre de l’Institut CGT d’histoire sociale en région centre, collaborateur du Maîtron.
  • Courriers de Roger Prévost, (déporté résistant à Sachsenhausen, de l’ADIRP d'Indre-et-Loire, 981 et 1991, 1993).
  • Listes - incomplètes - du convoi établies par la FNDIRP après la guerre (archives de la F.N.D.I.R.P).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres - incomplets – de l’état civil du camp d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, CD-Rom. D. Senécal Tome 31, page 405.
  • © Photo d'un wagon utilisé pour les transports de déportés / FMD
  • Courriel de M. Rolland Zampilli, de Livry Gargan (mai 2012).
Biographie rédigée en octobre 2010 par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris et de "Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 »", éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé).
Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie.
Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.comPensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie.

Aucun commentaire: