L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
déporté résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


CERVEAUX Roger, Ernest, Alphonse



45348

Roger Cerveaux est né le 3 novembre 1901 à Reims (Marne), de Irma Picad et de Alphonse Cerveaux, son époux.. Il habite 60
rue Voltaire à Breteuil-sur-Noye (Oise) au moment de son arrestation.
Veuf en premières noces de Raymonde Denelle, il se  remarie avec Madeleine Denant de Breteuil. Il travaille comme typographe à l'Humanité : «il semble qu’il ait effectué quotidiennement le trajet Breteuil embranchement Paris par chemin de fer, son épouse le menait en voiture à la gare de départ » écrit le maire de Breteuil.

Roger Cerveaux organise à Breteuil "les Jeunes Socialistes", puis crée une cellule communiste. Il est candidat communiste au conseil d'arrondissement le 10 octobre 1934 (il obtient 390 voix), puis aux élections cantonales de 1937. A Bréteuil même, il obtient 24 % des voix. Il se retrouve sans travail après l'interdiction de l'Humanité. Il est alors saisonnier dans plusieurs  fermes de Bréteuil, puis il est employé chez monsieur Huchez, dont la quinquaillerie, détruite en 1940, était réinstallée au Bonnet Rouge, rue d'Amiens, près de l'actuel "Cap Nord" (bulletin municipal).
C'est dans ce magasin qu'il est arrêté  le 20 octobre 1941 : « les Allemands qui le cherchaient s’adressèrent à l’hôtel de ville. M Taton, secrétaire de mairie refusa courageusement de leur fournir un quelconque renseignement, ce qui les rendit furieux. C’est alors que la gendarmerie intervint » et procède à son interpellation sous le prétexte d'un simple contrôle d'identité.
Roger Cerveaux est remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci l’internent au camp de Royallieu à Compiègne. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à leur déportation, lire dans le blog «une déportation d’otages



Il est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les « judéo-bolcheviks » responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941.

Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro "45348
selon la liste par matricules du convoi établie en 1974 par les historiens polonais du Musée d'Etat d'Auschwitz.
Roger Cerveaux meurt à Auschwitz le 10 août 1942 d’après son certificat de décès établi au camp pour le registre d’état civil de la municipalité d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 2 page 162).
Sa fiche d'état civil établie en France après la Libération porte toujours la mention «décédé le 15 septembre 1942 à Auschwitz (Pologne)». Il serait souhaitable que le ministère corrige ces dates fictives qui furent apposées dans les années d'après guerre sur les état civils, afin de donner accès aux titres et pensions aux familles des déportés. Cette démarche est rendue possible depuis la parution de l'ouvrage "Death Books from Auschwitz" publié par les historiens polonais du Musée d'Auschwitz en 1995. Lire dans le blog Les dates de décès à Auschwitz
Il a été déclaré "Mort pour la France" le 9 août 1946.
Son nom figure paradoxalement sur le monument aux Morts parmi ceux des victimes civiles, mais son épouse a déposé une plaque au pied de ce monument : "anniversaire de déportation à mon mari".
La mention “Mort en déportation” est portée sur son acte de décès (J.O. du 20/11/1987).
En 1992, son nom est donné à une rue de Breteuil.



Sources
  • Bulletin municipal n° 1 de Bréteuil, article d'Adrien Roger, conseiller municipal.
  • Informations du maire de Breteuil, M. Patrick Koster (septembre 1991).
  • Article de M. Adrien Roger, conseiller municipal dans le bulletin municipal n° 10 (mars 1993).
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres - incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, CD-Rom. Tome 21, page 364.
  • "Livre des déportés ayant reçu des médicaments à l'infirmerie de Birkenau, kommando d'Auschwitz" (n° d'ordre, date, matricule, chambre, nom, nature du médicament) du 1.11.1942 au 150.7.1943.
Biographie rédigée en novembre 2007 et modifiée en juin 2011 par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, auteur des ouvrages : "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé).
Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie.
Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.comPensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie.
Si, membre de la famille du déporté, vous ne souhaitez pas que cette biographie soit publiée sur Internet, je vous prie de me le faire immédiatement savoir : elle sera aussitôt retirée du blog.

Aucun commentaire: